superbanniere
Abonnement Magazine

Un trajet sans turbulences

Crédit : Istockphoto

Crédit : Istockphoto

Voyager en avion avec des bambins, c’est périlleux? Pas si l’on suit à la lettre ces conseils d’agents de bord expérimentés.

Par Émilie Villeneuve

Planifier son itinéraire

Le mot d’ordre, lorsqu’on planifie un trajet avec de jeunes enfants, est d’éviter les escales autant que possible, quitte à payer son billet un peu plus cher. Et si l’on n’a pas le choix, mieux vaut opter pour des vols espacés de plusieurs heures, afin de ne pas être stressé dès qu’on touche terre. Certes, le voyage sera plus long, mais on évitera ainsi de perdre son équilibre mental quelque part entre Londres et Shanghai, simplement parce qu’Arthur avait envie de faire pipi.

Réserver les sièges

Le must? Réserver à l’avance ses places dans l’avion, de sorte que les membres de la famille ne soient pas séparés ou, mieux, pour se retrouver à l’avant d’une section et pouvoir déposer l’enfant (s’il fait moins de 11 kg et ne peut s’asseoir seul) dans une petite couchette fixée à la cloison. Le coût de la réservation varie selon les compagnies aériennes, mais il faut compter en moyenne 30 $ par siège pour un aller simple. Certaines compagnies offrent des rabais moyennant l’inscription (gratuite) des enfants à un «club» qui leur permet de recevoir de petites surprises pendant le vol.

Voyager léger

«Un sac à dos, un ordinateur, un sac à main, un litre d’eau, une poussette et un bébé, c’est trop pour deux bras», confirme Stéphane Picard, spécialiste en formation d’agents de bord. Il est préférable d’aller à l’essentiel lorsque vient le temps de préparer les bagages qui iront en cabine: de la nourriture, des couches, des lingettes, un vêtement de rechange et de quoi divertir les petits, le tout emballé dans le moins de sacs possible afin de garder une main libre pour rattraper l’un d’eux qui s’échapperait dans l’allée.

Penser «bouffe»

S’il y a une chose qu’on ne doit pas oublier, c’est d’emporter de quoi remplir les petites panses. «Il est faux de croire qu’on trouvera à bord quelque chose qui plaira aux enfants, ou que la nourriture leur sera servie au moment où ils auront faim», rappelle l’agent de bord d’expérience Isabelle Lévesque. On doit donc faire le plein de petites collations emballées, de fruits et de craquelins, et laisser de côté ses principes en matière de nutrition… pour quelques heures. Enfin, sachez qu’il est autorisé de monter à bord avec plus de 100 ml de lait, et qu’on peut aussi demander à l’agent de bord de faire chauffer un biberon ou une purée.

Capter l’attention des enfants

Marie-Claude Cyr, directrice de bord et maman de trois enfants, est passée maître dans l’art de préparer des sacs de voyage remplis de surprises destinées à captiver ses tout-petits. «Je leur permets de choisir un ou deux jouets à eux, puis je complète avec de nouveaux cahiers, des crayons, des petits jeux qu’ils ne connaissent pas, dit-elle. Je ne leur laisse pas voir le contenu de leur sac avant que nous soyons assis dans l’avion, et ils devront alors sortir les articles un par un pour faire durer le plaisir.»

Emporter un casque d’écoute

On trouve maintenant dans la plupart des avions des écrans individuels, ainsi qu’une sélection d’émissions et de films pour enfants. Le «hic» est que les écouteurs fournis par les compagnies aériennes sont souvent mal adaptés aux petites têtes. Il faut donc penser à se munir d’un casque d’écoute confortable pour les enfants.

Changer bébé

Dans presque tous les types d’appareils, les toilettes sont équipées d’une table à langer – ce que plusieurs parents semblent ignorer. C’est dommage, car changer un bébé sur le siège n’est pas des plus pratique ni des plus hygiénique. Cependant, il ne faut pas négliger de prendre plusieurs couches et lingettes humides dans le sac de cabine: rares sont les compagnies aériennes qui en offrent.

Débloquer les oreilles

C’est connu, les oreilles subissent une forte pression à l’atterrissage, ce qui explique le concert de pleurs en fin de vol de la part des enfants à bord. Premier conseil ? «Évitez de paniquer, dit M. Picard, cela n’aiderait pas votre enfant, alors que, par ailleurs, pleurer le soulagera.» Marie-Claude Cyr ajoute: «Je demande toujours au commandant à quelle heure débutera la descente. Si l’on donne aux enfants quelque chose à sucer au moment précis où l’appareil commence à descendre, on évite le pire. C’est toujours très efficace.» Pour le bébé, ce sera votre sein ou un biberon, un verre à bec ou une suce. Pour les plus grands, un gros suçon.

Faire une promenade

Pendant les vols de 5 ou 6 heures, entre les services de nourriture, de boissons et de boutique hors-taxe, il est correct et même recommandé de marcher dans les allées avec les enfants. cela dégourdit les jambes et fait passer le temps. «De notre côté, nous avons toujours plaisir à interagir avec les petits, dit Mme Cyr. Les agents ont chaque fois plus d’une astuce pour redonner le sourire à un enfant.»

Demander une visite privée

Depuis un certain jour de septembre 2001, il n’est plus question d’aller dans le cockpit avec les enfants, si curieux soient-ils de rencontrer le commandant. cependant, quand on le demande et que les circonstances s’y prêtent, il est souvent possible de jeter un coup d’œil sur le tableau de bord et de serrer la main du pilote à la fin du vol. Certes, il faut alors attendre que tout le monde soit sorti de l’avion, mais que ne ferions-nous pas pour voir s’illuminer le visage de nos bambins?

Source : Enfants Québec Juillet-Août 2013

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Activités d’été : les expéditions de la famille Tropchouette

Les amateurs d’ornithologie seront comblés par la découverte...

Lire la suite →

Le bonheur est dans le parc

J'ai demandé à mon fils ce qu’il voulait faire pendant ses...

Lire la suite →

Activités d’été : Les acrobaties de la famille Volauvent

Les amateurs de sensations fortes qui n’ont pas le vertige...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →