superbanniere
Abonnement Magazine

Se rendre seul à l’école

crédit : Istockphoto

crédit : Istockphoto

Comment savoir si votre enfant est assez mature pour se rendre seul à l’école? Voici les conseils de Céline Boisvert, psychologue clinicienne.

Plusieurs paramètres de sécurité doivent baliser le chemin d’un enfant qui rentre seul de l’école ou de chez un ami. La route qu’il emprunte est-elle suffisamment fréquentée et sécuritaire à l’heure où il fait le trajet? Passe-t-il à côté d’une école secondaire où il pourrait être la victime de provocations ou de moqueries de plus grands que lui? Traverse-t-il un quartier résidentiel de banlieue ou un centre urbain? Y a-t-il quelqu’un pour l’accueillir à son arrivée?

Il est bon d’encourager peu à peu votre enfant à l’autonomie. Mais votre enfant enfant est peut-être encore trop jeune pour poser un jugement convenable sur la circulation. Sur ce plan, le stade de raisonnement et de coordination physique nécessaire pour prendre les bonnes décisions est habituellement atteint à l’âge de 9 ans. Les enfants sont par ailleurs souvent impulsifs ou absorbés dans un monde de fantaisie, ce qui peut facilement les distraire. La fatigue et le stress peuvent, en outre, influer sur leur comportement et leur jugement. Ils évaluent moins bien les distances et, à cause de leur petite taille, ne sont pas toujours visibles des automobilistes. Selon Transports Canada, les enfants de 5 à 9 ans représentaient, en 2001, 20,4 % de l’ensemble des piétons décédés au Canada.

Quand tous les éléments seront favorables, encouragez d’abord votre enfant à effectuer ses trajets avec des amis. L’effet de groupe est sécurisant et prévient davantage les éventuelles tentatives d’intimidation. Pour la préparer à sa première sortie en solitaire, il sera nécessaire d’effectuer d’abord le trajet avec elle à quelques reprises. Vous choisirez le parcours le plus sécuritaire et vous vous assurerez qu’il ne comporte pas d’endroits plus délicats. Pourquoi ne pas aller à sa rencontre deux ou trois fois dans les premiers temps ? Autant votre enfant que vous-même devrez être en confiance pour apprivoiser cette nouvelle habitude. Par ailleurs, il doit comprendre que le chemin de l’école, le trajet vers ses activités extrascolaires ou la course pour aller chez un ami du voisinage ne sont pas propices à la flânerie. Pas question de marcher une demi-heure alors que 10 minutes sont suffisantes pour rentrer. Répétez les consi­gnes souvent, même si les règles à respecter paraissent nombreuses.

Et si l’expérience n’est pas concluante, parce que votre fille ne se plie pas aux règles ou qu’elle s’inquiète trop, ne la culpabilisez pas. Elle n’est peut-être pas encore prête. Mais cela n’est que partie remise. Il viendra assez vite, le temps où vous aurez du mal à la suivre dans tous ses déplacements !

Publié dans le magazine Enfants Québec, août-septembre 2006

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Une école sans écrans

Une école sans tablettes, sans téléphones cellulaires, sans...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →