superbanniere
Abonnement Magazine

Péridurale: ce qu’il faut savoir

crédit : Istockphoto

crédit : Istockphoto

L’accouchement sans douleur en six questions-réponses.

En quoi consiste une péridurale?
L’anesthésie péridurale (aussi appelée épidurale) est désormais très fréquente. Dans les hôpitaux où le service est disponible 24 heures sur 24, le taux de recours à ce service est de plus de 80 %. Les anesthésiques locaux ainsi que des opiacés (dérivés de la morphine) sont administrés dans le cathéter épidural. La combinaison de ces médicaments est d’une efficacité telle que l’on peut utiliser une faible dose de chacun d’eux. Actuellement, la tendance est à l’analgésie légère, qui permet à la femme en travail de se lever, de s’asseoir dans un fauteuil et d’aller à la salle de bains. Une surveillance constante de la mère et du bébé est toutefois nécessaire. «Ce type de péridurale n’est proposé qu’aux patientes qui ne présentent aucun facteur de risque (obésité, problèmes de dos, accouchement prématuré), spécifie la Dre Chantal Crochetière, anesthésiste au CHU Sainte-Justine. Il est par ailleurs destiné à des femmes qui acceptent un certain degré de douleur, lequel pourrait encore augmenter en fin de travail, car rien ne garantit que l’anesthésiste sera disponible à ce moment-là pour ajuster la dose de médicaments.» Dans certains hôpitaux, on administre d’emblée un «cocktail» un peu plus puissant. Il arrive aussi que certaines femmes exigent de ne rien sentir du tout. Relativement à ces cas, bien qu’il ait été reconnu que plus la dose injectée est forte, plus elle est susceptible de ralentir le travail, de récentes études démontrent que des femmes accouchent parfois plus vite lorsqu’elles sont soulagées.

Fausse croyance Plusieurs personnes croient que le fait de marcher provoque une dilatation plus rapide et diminue d’autant les risques de césarienne. C’est faux! Cependant, si la femme est capable de marcher, c’est qu’elle est bien soulagée avec un minimum de médicaments, ce qui représente un avantage certain.

À quel moment l’anesthésie a-t-elle lieu?
Comme il est plus facile de procéder à l’injection épidurale quand la femme est encore capable de collaborer et que de nombreuses mamans optent aujourd’hui à l’avance pour cette anesthésie, la tendance est de la mettre en place plus tôt. On a ainsi de meilleures chances de succès et moins de risques que la patiente fasse un faux mouvement. Néanmoins, on attend habituellement le début de la phase active du travail, alors que les contractions sont bien installées et que le col est dilaté à 3 ou 4 cm, pour faire la péridurale. Réalisée avant ce stade, elle peut — tout comme n’importe quelle autre forme d’analgésie médicamenteuse — ralentir ou arrêter le travail. Mais il n’est pas éthiquement acceptable de repousser la demande de péridurale d’une patiente qui souffre, même si elle n’est qu’à 1 ou 2 cm. «Une douleur intense à ce stade peut déjà être un signe que le bébé ne passera pas, indique la Dre Crochetière. On soulage donc la femme et on s’adapte à la suite des événements. On peut ainsi administrer la péridurale à n’importe quel stade de la dilatation, y compris au début. Lorsque les forceps sont nécessaires et qu’on a le temps de pratiquer l’anesthésie, il arrive aussi qu’on fasse une péridurale à 9 ou même à 10 cm.»

Quelles sont les contre-indications?
La plupart des femmes peuvent bénéficier du soulagement des douleurs de l’accouchement qu’offre la péridurale. Selon la Dre Crochetière, un tatouage au bas du dos ou une sciatique ne constituent pas des contre-indications. Seules les conditions suivantes en représentent :
- problèmes de coagulation sanguine;
- hémorragie;- infection grave;
- infection de la peau au bas du dos;
- anomalie anatomique importante.

Quels sont les effets secondaires possibles?
- Des démangeaisons légères dans la majorité des cas, mais peu incommodantes.
- Des nausées et des vomissements (dans moins de 10 % des cas).
- Une diminution de la tension artérielle (dans 10 % des cas), qu’on traite en ajoutant un médicament au soluté.
- Une légère hausse de la température, des frissons et de la rétention urinaire.

Fausse croyance Comme des études l’ont prouvé, cette anesthésie n’entraîne pas de douleurs lombaires chroniques, même si elle peut occasionner une sensibilité locale temporaire. Qu’elles aient eu ou non une péridurale, 15 % des femmes souffrent de maux de dos postnataux, généralement dus aux modifications physiologiques subies par les os, les ligaments et les muscles abdominaux durant la grossesse et l’accouchement.

Quelles sont les complications les plus courantes?
Une analgésie inadéquate se constate dans au moins 15 % des cas. Elle se caractérise par l’absence totale d’anesthésie ou encore l’anesthésie d’une seule moitié du corps ou des jambes uniquement. «L’espace épidural ne réagit pas toujours comme on le voudrait, explique la Dre Crochetière. L’analgésie inadéquate n’a aucun rapport avec le niveau de difficulté de la technique. Il arrive que la pose du cathéter soit très facile, mais que la patiente ne soit pas correctement ou pas du tout anesthésiée. Ou, au contraire, qu’après une pose laborieuse la péridurale fonctionne finalement à merveille.» Dans 5 à 15 % des cas, lorsque le soulagement de la douleur n’est pas satisfaisant, il faut installer un second cathéter. Une diminution temporaire du rythme cardiaque du fœtus apparaît jusque dans 20 % des cas. Plus l’anesthésie de la mère est rapide, plus ce risque augmente. En l’absence d’autres problèmes, tout rentre spontanément dans l’ordre en une dizaine de minutes. Entre-temps, on change la future maman de position, on vérifie sa tension artérielle et on s’assure que son utérus n’est pas trop contracté. «Normalement, le ralentissement du rythme cardiaque fœtal ne devrait pas faire envisager une césarienne ni augmenter les risques pour le bébé, signale la Dre Crochetière. S’il persiste cependant et qu’une césarienne est décidée, c’est qu’un autre facteur aura joué. Péridurale ou pas, cet épisode serait survenu de toute façon.»

Fausse croyance On entend souvent dire que le taux de césariennes serait plus élevé chez les mères qui ont eu une péridurale, par relation de cause à effet. C’est faux! «Les études randomisées sont claires : recevoir une péridurale n’augmente pas les risques de césarienne, insiste la Dre Crochetière. S’il apparaît que les patientes ayant accouché par césarienne avaient aussi eu recours plus volontiers que d’autres à une épidurale, c’est simplement qu’en présence d’un plus gros bébé, ou d’un travail plus douloureux ou plus long, on a plus de chances de recourir à la péridurale et d’avoir ensuite une césarienne.»

D’autres séquelles plus graves sont-elles possibles?
Les séquelles neurologiques à long terme ou permanentes peuvent aller d’un engourdissement au talon pendant un ou deux ans à la paralysie totale, mais ces complications sont excessi-vement rares. Elles peuvent résulter d’un traumatisme causé par l’aiguille, d’un saignement, d’une infection ou d’un abcès dans l’espace épidural, ou encore d’une méningite consécutive à la péridurale. Une injection intraveineuse ou intrarachidienne (pratiquée par accident dans une veine de l’espace épidural ou dans l’espace sous-arachnoïdien) peuvent elles aussi entraîner de graves complications, mais, là encore, de tels accidents sont très rares.

Source : Enfants Québec, octobre 2009

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →