superbanniere
Abonnement Magazine

Tic ou symptôme?

Mon garçon de 4 ans se secoue les mains sans arrêt. Qu’est-ce que cela signifie ?

Il nous faut tout d’abord remettre cette observation dans son contexte. Si votre fils parle, comprend, joue comme tous les autres petits garçons de son âge, qu’il interagit bien avec ses amis et que ses intérêts sont variés, c’est plus proba­blement un problème isolé et bénin. Il pourrait s’agir d’immaturité neurologique ou d’un tic transitoire. On observe que jusqu’à 25 % des enfants ont un tic à un moment ou à un autre de leur développement. Un tic, par définition, est un mouvement moteur (geste, cligne­ment des yeux) qui survient brusquement, invo­lontairement et de façon répétée. L’en­fant ne peut pas l’arrêter par sa seule volonté. Il aura davantage ce tic en période de stress ou d’anxiété. En signifiant à votre garçon que vous aimeriez qu’il cesse de faire ce mouvement, vous pourriez provoquer l’effet in­verse. De fait, puisqu’il s’agit d’un comportement hors de son contrôle, il ne pourra pas répondre à votre demande et risquera de devenir anxieux, augmentant ainsi son tic. Il est donc pré­férable de ne pas en faire de cas. La plupart des enfants qui présentent un tic transitoire n’évoluent pas vers un trouble plus grave.

En revanche, si vous remarquez que votre fils a en même temps d’autres problèmes, comme un retard de langage ou des difficultés dans ses relations avec ses pairs, cette manifestation peut prendre un tout autre sens. 

Il pourrait s’agir d’un maniérisme comme on en retrouve dans certains troubles plus complexes du dévelop­pement – ceux qui appartiennent, par exemple, au spectre autistique (troubles envahissants du développement).

Souvent, les enfants atteints de ce genre de trouble se secouent les mains dans les moments de jubilation et d’excitation ou quand ils sont anxieux, un peu comme le font les petits bébés. Si votre fils a de la difficulté à socialiser, s’il montre un retard de langage, ou dans d’autres aspects de son développement, s’il vous inquiète, mieux vaut ne pas tarder à consulter un pédiatre, qui évaluera l’ensemble de son développement pour tenter de voir s’il s’agit d’un phénomène isolé ou, au contraire, d’un symptôme lié à une problématique plus large.

Dre Dominique Cousineau, pédiatre
Publié dans le magazine Enfants Québec, novembre 2008

 

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

TSA – Le défi des parents

Après le choc du diagnostic, les parents d’enfants atteints...

Lire la suite →

Dans la peau d’un autiste de 13 ans

À lire Pourquoi parles-tu si fort et si bizarrement? Est-il vrai que...

Lire la suite →

Hommage à ma fille

Alice est un rayon de soleil pour ses deux frères, qui...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →