superbanniere
Abonnement Magazine

Propreté à 2 ans

Mon mari croit qu’à 2 ans notre fils devrait déjà être propre. N’est-il pas trop jeune ?

C’est en effet vers cet âge que débute l’apprentissage de la propreté. Mais croire qu’un enfant doit déjà être propre à 2 ans est un peu irréaliste, quand on sait que cet apprentissage peut prendre de trois à six mois, au cours desquels il y aura des « rechutes », des petits accidents, des fuites. Cela dit, avant de commencer à encourager un enfant à aller sur le pot, il est important que les deux parents se mettent au diapason et travaillent dans le même sens. Souvenez-vous aussi que les périodes de changements importants – déménagement, nouveau bébé, nouvelle garderie – ne sont pas des moments propices à l’apprentissage de la propreté.

Comment savoir si votre fils est vrai­ment prêt ?
Sur le plan moteur, il doit être stable, ne serait-ce que pour se tenir en équilibre sur un pot ! Avant d’être en mesure de contrôler ses sphincters à volonté et sur commande, il doit avoir acquis une certaine maturité neurologique. Observez-le. Certains indices sont éloquents. S’il est capable de descendre un escalier sans se tenir à la rampe ou de grimper quelques barreaux d’une échelle, c’est qu’il est apte à coordonner ses mouvements, à contracter puis à relâcher certains de ses muscles de façon volontaire. S’il peut suivre deux directives simples (« va porter ton jouet et ensuite reviens me voir ») ou s’il veut être indépendant et vous affirme qu’il est assez grand pour aller sur le pot, il fait preuve d’une certaine maturité intellectuelle qui favorisera son apprentissage. Enfin, si vous constatez (à plus d’une reprise) que sa couche reste sèche pendant plusieurs heures, et même après une longue sieste, c’est sans doute le bon moment pour commencer. Vous pouvez l’encourager en lui donnant un livre à lire sur le pot, en lui achetant des culottes en coton, etc.

Si votre garçon « s’échappe », il ne doit pas se sentir honteux ni coupable, cela ne ferait que retarder le processus. Dans ce cas, ne dramatisez pas ! Invitez-le simplement à mettre une culotte propre.

Évitez de le comparer aux autres et de faire de la propreté une source d’affrontements. Si, après une dizaine de jours consécutifs, votre enfant se montre toujours réticent, s’il ne semble pas faire de progrès, cessez toute tentative. Rien ne sert de s’acharner. Il n’est tout simplement pas prêt. Vous recommencerez un mois plus tard !

Nicole Malenfant, professeure en éducation à l’enfance
Publié dans le magazine Enfants Québec, novembre 2008

 

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Nos enfants ont besoin de silence

Pour grandir et bien se développer, nos enfants ont besoin de...

Lire la suite →

Comment l’aider à s’endormir dans sa nouvelle chambre?

« Mon fils de 23 mois doit bientôt laisser sa chambre à bébé...

Lire la suite →

Précieuse politesse

Vous désespérez de réussir à imprimer le réflexe du...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →