superbanniere
Abonnement Magazine

Lui donner ou non des suppléments vitaminiques

Une amie me suggère de donner des suppléments de vitamines à mon fils de 6 ans pendant les derniers mois d’hiver.

La vaste majorité des enfants qui ont une alimentation équilibrée, c’est-à dire qui respecte les quatre groupes alimentaires — fruits et légumes, produits laitiers, viandes et substituts, produits céréaliers —, devraient voir déjà tous leurs besoins en vitamines comblés. La croyance générale veut qu’en hiver on doive augmenter sa consommation de vitamine C. On entend dire que de fortes doses de cette vitamine (20 fois, voire 30 fois la dose recommandée) pourraient diminuer, prévenir ou guérir des rhumes, et combattre des virus. Mais aucune étude ne le démontre de façon significative. Et s’il existe des effets positifs à cette pratique, ils sont très modestes.

Par ailleurs, les besoins quotidiens des enfants en vitamine C sont beaucoup moins importants qu’on ne le croit — 15 mg par jour pour un enfant de 1 à 3 ans ; 35 mg pour les 4 à 8 ans ; 45 mg pour les 9 à 13 ans. Quand on sait qu’une demi-tasse de jus d’orange contient 50 mg de vitamine C, ou qu’un jus de pomme en contient 45 mg, on en déduit qu’il suffit de peu pour atteindre sa ration quotidienne.

Néanmoins, dans certains cas — par exemple celui des enfants qui ont des allergies ou des restrictions alimentaires, ou des intolérances, ou encore celui de certains enfants autistes qui mangent très peu —, le médecin recommandera des suppléments vitaminiques spécifiques selon les carences identifiées. Mais de façon générale, on s’entend sur le fait qu’il est préférable d’aller chercher ses vitamines dans tous les aliments qui en contiennent et qui, en plus, renferment d’autres éléments nutritifs bénéfiques — comme des phytofibres ou des oligo-éléments.

Ce qu’il faut éviter, c’est de donner à votre enfant des vitamines ou des suppléments distribués en vente libre sans l’avis d’un professionnel de la santé, à cause des risques d’intoxication. Votre pharmacien, votre médecin ou une nutritionniste pourront vous conseiller dans le choix des marques qui font l’objet d’un contrôle de qualité.

Dre Dominique Cousineau, pédiatre

Propos recueillis par Marie-Claude Fortin
Publié dans le magazine Enfants Québec, avril 2010

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

Comment rétablir la communication avec mon ex?

« Mon ex et moi n’arrivons plus à nous parler. Je dois...

Lire la suite →

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →