superbanniere
Abonnement Magazine

Mon nouveau boss

Julie Hamelin, Patrice Noël et Eliott Noël, 7 mois et demi. Crédit photo : Patrice Noël

Julie Hamelin, Patrice Noël et Eliott Noël, 7 mois et demi.
Crédit photo : Patrice Noël

Eh bien, laissez-moi vous dire que mon nouveau boss est plus exigeant que celui d’avant!

Il y a sept mois, j’ai troqué un travail de 34,5 heures par semaine contre un autre que j’évalue à 126 heures par semaine. Mes heures supplémentaires ne sont pas reconnues, ni même payées! En plus, je suis de garde 24 heures par jour, 7 jours sur 7… je ne me rappelle pas avoir lu ça, quand j’ai signé le contrat. J’ai quand même accepté un salaire correspondant à 70% du précédent… mais mon boss vient de décréter que je tombais maintenant à 55%, et ce n’est pas négociable!

J’ai vérifié auprès des Normes du travail, et on m’a répondu que c’était une procédure courante. Mon patron ne me laisse pas dormir la nuit! Il semble dire qu’il ne faut jamais «dormir sur la job». Ces derniers temps, il me réveille trois fois par nuit pour que je recommence à m’occuper de ses dossiers. J’essaie de le convaincre de faire des siestes le jour… au moins, nous serions plus reposés, mais je dois argumenter chaque fois, et c’est interminable. Je me lève toutes les nuits depuis sept mois, alors je suis parfois grincheuse!

Mon boss, lui aussi, a une humeur… variable. Il peut passer de super souriant à colérique. Quand ça ne fait pas son affaire, il lui arrive même de crier après moi! Un jour, j’ai fait une montée de lait, tellement j’étais sous le choc. Il me donne souvent des ordres, mais je ne comprends pas toujours ce qu’il dit. Je pense parfois qu’il parle allemand. C’est peut-être parce qu’il n’a que deux dents… En plus, il doit avoir un problème avec ses glandes salivaires, il passe son temps à baver partout. Il devrait peut-être consulter.

Il ne voudrait pas que je vous dise cela… mais il lui arrive aussi de pleurer. Il semble tellement désespéré que je ne fasse pas mon travail aussi rapidement qu’il le voudrait! Quand ça arrive, il devient tout rouge, il en tremble parfois! Il me fait pitié… et j’essaie de faire plus vite, ou de mieux comprendre ce qu’il veut. Après tout, il semble réellement penser que je suis à son service.

Ahhh… parfois, je repense à mon ancien travail… Un boss et des collègues qui me laissaient travailler de façon autonome, des dossiers moins répétitifs et qui avançaient beaucoup plus vite, des vacances, des congés de maladie payés… c’était une autre vie. Mais vous savez quoi? Je n’échangerais mon nouveau boss contre rien au monde! Je l’aime, et je ne m’en cache même pas! Mon chum est au courant et est d’accord avec ça… En fait, il l’adore tout autant. Quand il rit aux éclats, j’oublie que je me suis levée trois fois la nuit précédente. Quand il fait des sourires à ses grands-mamans sur Skype, qu’il essaie de communiquer comme il peut, qu’il commence à applaudir quand on dit «Bravo!», qu’il me donne de gros bisous mouillés, que je sens sa belle peau toute douce collée contre moi… Quand il a eu sa première dent, la première fois qu’il s’est retourné sur le ventre, puis sur le dos… La première fois qu’il a dit «maman» (même si ce n’était pas vraiment pour moi!)… J’oublie toutes les difficultés : je l’aime, c’est tout!

Je profite de ma nouvelle job chaque jour, dans les plus beaux comme dans les pires moments! Et si vous avez la chance d’avoir la même job que moi, je suis certaine que vous me comprenez et que vous en faites autant!

Julie Hamelin

Publié dans le magazine Enfants Québec, avril 2013

Commentaires

commentaires

Un commentaire

Pooja

LTTE controls a pootirn of Montreal’s USD 1b drug tradeCiting Royal Canadian Mounted Police sources the Jane’s Intelligence Review said the Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) controls pootirn of US Dollar one billion drug market in the Canadian city of Montreal. The Jane’s Intelligence Review said that one of the main ways of earning money out of its USD 200-300 million annual income of the Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) is narcotics smuggling using its merchant ships, which also transports illicit arms and explosives which they procure all over the world.The LTTE and certain other Tamil militant outfits internationally active at this time were thus able to mobilise the services of a large number of Tamil youth to carry consignments of drugs from Sri Lanka and South India to various destinations, It seems likely that, in the initial stages of this refugee flow, lax surveillance procedures and liberal attitude of the authorities in the host countries towards political refugees facilitated the participation of fairly large numbers of Tamil youth in the drug trade. To some extent, this has persisted in the Nordic countries. « The first major detection of LTTE-linked drug rings in Europe took place in Italy in September 1984, following the arrest of a Tamil courier on his way to Rome. Well co-ordinated police search operations resulted in the arrest of about 200 Tamils, most of whom were believed to have constituted a Rome-based narcotic distribution network spread over several Italian cities such as Milan, Naples, Acilia, Cetania and Syracuse, and extending into Sicily. The Swiss police, for example, broke up a drug ring – one that was believed to have links with the People’s Liberation Organization of Tamil Eelam (PLOTE) rather than the LTTE – engaged in cross-border heroin transactions in Switzerland and France. Numerous arrests of Sri Lankan Tamils on drug charges were also reported at this time in Germany, France and the Nordic countries. Sri Lanka Tamils still occasionally figure among those associated with the drug trade in Canada. A statement released in 1991 by the Sri Lanka High Commission in Canada referred to a report of the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), according to which a part of the billion dollar drug market of Montreal city was controlled by Sri Lankans, who were sending some of the profits to the LTTE. Again, a report prepared in 1995 for the Mackenzie Institute of Toronto estimated (speculatively) that the 134 kilograms of heroin seized globally by various law enforcement agencies from Tamil drug runners .Tamil drug runners could be selling around 1,000 kg of heroin a year. »

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →