superbanniere
Abonnement Magazine

Geneviève Rioux

photo: Marie-Josée Legault

photo: Marie-Josée Legault

Geneviève Rioux est une femme de passion et de convictions. Alors qu’elle s’apprête à jouer dans une pièce de théâtre signée Daniel Lemire, la mère de deux adolescents nous parle du rôle de parent… à l’ère d’Internet.

Longtemps, Geneviève Rioux s’est levée de bonne heure. Ses deux enfants, Delphine et Manu (aujourd’hui respectivement âgés de 16 ans et 13 ans), étaient des petits oiseaux du matin. «Pendant au moins sept ans, j’ai été debout dès 5 heures, dit-elle. Quand on joue au théâtre, c’est extrêmement difficile. Il a fallu que je délaisse la scène pendant un moment. Je ne voulais pas y perdre ma santé!»

Mais, à présent que ses enfants sont grands, celle qui incarnait Simonne Monet-Chartrand dans la série Chartrand et Simonne (rôle qui lui a valu un prix Gémeaux en 2004) est remontée sur les planches avec bonheur. Après sa prestation de février dernier dans la comédie dramatique Fleurs d’acier au Monument-National, à Montréal, on la verra dans Clash, une pièce humoristique de Daniel Lemire, qui tiendra l’affiche tout l’été à la salle André-Mathieu de Laval avant de partir en tournée à travers le Québec.

«Depuis que mes enfants sont ados, j’ai regagné une certaine liberté, se réjouit la comédienne. C’est vrai, il y a beaucoup d’hormones dans la maison, même que ça fourmille! Mais être mère d’ados a ses avantages. Ils peuvent se débrouiller si je rentre plus tard que prévu. Ils font la vaisselle, leur lavage. Ils sont autonomes et équilibrés.»

Il faut dire que le bien-être de ces enfants-là s’est toujours trouvé au sommet des priorités de leurs deux parents. «Leur père et moi nous entendons très bien, dit Geneviève Rioux. Nous habitons le même quartier. Nous avons les mêmes valeurs. Ce qui a toujours été le plus important, pour nous, c’est que les enfants soient bien. C’est en pensant d’abord à eux que nous avons trouvé un terrain d’entente.»

L’enfance de l’art
Née à Québec, cadette d’une famille de trois enfants, Geneviève Rioux a été élevée dans l’amour des arts. «Ma mère était folle de cinéma, raconte-t-elle. Après avoir été infirmière, elle s’est mise à travailler à la cinémathèque de l’Université Laval. Elle nous faisait des projections privées. Il y avait des affiches de cinéma partout dans la maison.» Ainsi, la jolie fille qui allait, à l’âge de 25 ans, être vue par des millions de téléspectateurs lors de la soirée des Oscars, alors que le film Le Déclin de l’empire américain était en nomination, doit beaucoup à cette passion maternelle. «À 40 ans, ma mère est retournée aux études, dit-elle fièrement. Elle a fait un bac en histoire de l’art!»

Cette flamme, la comédienne l’a léguée à son tour à ses deux enfants. «Ils aiment aller dans les musées. Et surtout, ils adorent lire, ce qui, pour moi, est une grande victoire. C’est l’une des choses dont je suis la plus fière. Delphine a découvert Harry Potter vers l’âge de 8 ans, alors que nous étions en vacances à Cap Cod. Et depuis, elle n’a jamais cessé de lire. Pour Manuel, ça été un peu plus long. C’est un sportif. Mais grâce à Bryan Perro (auteur de la série Amos Daragon), il s’est mis à lire assidûment en 6e année.»

Geneviève Rioux est elle-même une grande lectrice et, de son propre aveu, pas du tout sportive. «Je suis pourtant très active, nuance-t-elle. Il faut que je bouge. Je fais du yoga, du baladi, de la danse africaine et moderne, pour le plaisir. Je suis une touche-à-tout.» En plus de jouer au théâtre et au cinéma, elle fait partie du Comité des femmes de l’Union des artistes, et lutte pour la parité salariale et contre l’âgisme, véritable fléau dans son métier. Ce sens de la justice qui l’anime est d’ailleurs l’une de ses valeurs maîtresses. « Je suis pour l’égalité entre tous les êtres humains sur la planète.»

L’honnêteté, la tolérance, le respect sont aussi des valeurs que la comédienne s’efforce d’inculquer à ses enfants. «Pour moi, c’est primordial, souligne-t-elle. Je suis accommodante sur bien des points – leur chambre, ce n’est pas moi qui vis dedans! Mais sur la politesse, le respect, et même les manières à table, je suis très stricte. Et chez nous, on n’écoute pas la télé en mangeant.» Comme elle s’est découvert un amour pour la cuisine en devenant mère, l’heure des repas est d’autant plus sacrée à ses yeux. «Malheureusement, plus les enfants vieillissent, moins ils veulent passer de temps à table, déplore-t-elle. Mais j’ai trouvé un truc: je cuisine des entrées! Une salade, une soupe, voilà qui nous donne dix bonnes minutes de conversation en plus!»

L’adolescence, selon Geneviève Rioux, est justement la période où les parents doivent se mettre en mode écoute. «Les ados parlent, mais ils le font quand ça les tente, remarque-t-elle. Et si l’on n’a pas l’oreille ouverte à cet instant-là, on peut passer à côté de quelque chose d’important. C’est pourquoi je continue d’être disponible la semaine où j’ai les enfants. Je sors le moins possible. Je veux être là pour répondre à leurs questions au moment où ils les posent. Ce que je trouve le plus difficile à gérer, ajoute-t-elle par ailleurs, c’est la présence du monstre Internet dans la maison. Facebook, c’est leur club social! Nos enfants sont la première génération à connaître Facebook, et nous sommes les premiers parents à vivre avec ce phénomène quotidiennement, pour ne pas dire 24 heures sur 24. Sur Internet, il y a le meilleur et le pire de l’être humain. On ne sait pas comment s’y prendre pour garder un certain contrôle. Chez moi, l’ordinateur est dans une pièce commune, dont la porte reste ouverte. Ça complique les choses, mais j’y tenais.»

Cependant, pour Geneviève Rioux, le rôle de mère apporte encore bien plus de satisfactions que d’inquiétudes. «Devenir mère m’a ancrée dans la vie. Dans mon métier, cela m’a obligée à être plus efficace, plus performante. Et dans mon quotidien, cela me donne beaucoup de bonheur. Lorsque j’entends mes enfants rire ensemble, se taquiner, lorsqu’il y a de la joie dans l’air, je suis heureuse!»

Enfants Québec, juillet-août 2009

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Rencontre avec l’auteur et illustrateur Rogé

Récemment installé à Montréal, l’auteur et illustrateur...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →