superbanniere
Abonnement Magazine

Marina Orsini

photo: Marie-Josée Legault

photo: Marie-Josée Legault

Depuis ses débuts dans Lance et compte, alors qu’elle n’avait que 17 ans, Marina Orsini cumule les rôles passionnants. Mais son plus beau, son plus grand, reste celui de maman.

Nous sommes quatre à l’attendre dans un petit salon des bureaux d’Astral Média, où elle coanime avec Jean-Michel Anctil, cinq jours par semaine, l’émission La vraie vie. Quand Marina arrive, c’est la fête. Elle saute dans les bras du maquilleur… effusions de joie, gros câlins, sourires complices. Il la maquillait déjà quand elle avait 15 ans et qu’elle entamait sa (courte) carrière de mannequin. Depuis plus de vingt-cinq ans, la comédienne lui est fidèle. Comme elle est fidèle à son coiffeur, à son agente, à Tel-Jeunes, dont elle est la porte-parole depuis 1991, à sa mère et à ses tantes, dont elle parle avec tendresse. De toute évidence, quand elle aime une fois, elle aime pour toujours, comme dans la chanson. Même lorsqu’elle parle de son ex-conjoint le comédien Serge Postigo, qui est le père de son fils et dont elle est séparée depuis 2007, elle le fait avec affection et respect. On ne s’étonnera pas que, pour celle qui incarne une mère distante et égocentrique (tout un contre-emploi!) dans À vos marques… Party!, l’une des valeurs les plus importantes soit la fidélité. Ex æquo avec le respect, la compassion et la générosité. «Cela me vient du milieu où j’ai grandi, explique-t-elle. On m’a toujours rappelé que “l’autre” existe. Que nous avons le devoir d’aider les gens. Et que nous sommes tous responsables les uns des autres.»

La vraie vie
Pendant que le maquilleur aligne ses pinceaux et ses fards, que le coiffeur sort ses peignes et ses brosses, que la photographe ajuste ses lentilles, Marina Orsini se raconte. Née dans le quartier Ville-Émard le 4 janvier 1967, fille d’un père italien et d’une mère québécoise, elle a été élevée «dans le public» avec son frère aîné. «Mon père avait des commerces, des salles de réception, dit-elle. J’y ai appris à aimer le contact avec les gens.»

Comme l’Émilie Bordeleau qu’elle incarnait dans la télésérie Les filles de Caleb, Marina a toujours voulu être mère. «La vie a simplement fait en sorte que je le devienne au moment où j’y étais vraiment prête. À 35 ans, tout s’est mis en place pour me faciliter les choses ». Et le 28 août 2002, naissait son fils Thomas.

Premier rôle
Aujourd’hui Thomas a 6 ans. Pour lui, Marina Orsini a voulu non pas changer de carrière, mais adapter la sienne à sa vie de mère. «Ma priorité, c’est mon fils, souligne-t-elle. Son équilibre. Son bien-être. C’est pour ça que j’essaie de travailler le jour et d’avoir, autant que possible, le même rythme de vie que lui.»

Si, depuis l’arrivée de Thomas, elle a continué de jouer au cinéma et à la télévision: Lance et compte, la revanche; La rage de l’ange; À vos marques… Party 2, Marina réussit à être présente auprès de lui. Le mot clé? L’organisation. «C’est beaucoup de travail, reconnaît-elle, avoir une carrière et être parent. Mais un enfant n’est pas un bibelot! Il a des besoins. Et il faut être parent pour mesurer à quel point notre rôle est important, et combien nos enfants sont dépendants de nous!»

Force et fragilité 
En devenant mère, Marina Orsini a vu sa vie bouleversée. «À partir de ce jour-là, tout a changé, raconte-t-elle. Quand tu as un enfant, tu ne vois plus les choses de la même façon… ton regard, ta sensibilité se transforment complètement. J’ai su que je serais toujours inquiète pour la sécurité de mon fils, pour son bien-être. On vit dans une société où il se passe tellement de choses épouvantables, comment ne pas s’inquiéter? Et comment ne pas surprotéger nos enfants? C’est si difficile de trouver l’équilibre, de les protéger tout en en ne leur imposant pas nos peurs. Oui, c’est un gros travail, être parent. C’est la plus grosse job de ma vie!»

Comment la comédienne envisage-t-elle l’avenir? «Un jour à la fois, doux Jésus! (rires) L’important est que, dans mon quotidien, je fasse tout pour que mon fils s’épanouisse, à tous les niveaux: créatif, scolaire… Et pour s’épanouir, il a besoin d’être sécurisé, encadré, le plus en équilibre possible.»

Pour celle qui s’active dans toutes les tribunes afin de faire connaître Tel-Jeunes, cet organisme qui offre des ressources aux adolescents en difficulté, l’épanouissement passe par la stabilité. La présence quotidienne de sa propre mère, ainsi que de ses tantes, cousins et cousines, qui sont sa famille élargie, de sa gardienne, «la même depuis des années», y contribue largement. Ce sont autant de figures aimantes et sécurisantes. Et une relation harmonieuse avec le père de son fils.

Pour Marina Orsini, peu importe la forme que prend la garde partagée, le nombre d’heures, de jours, qu’un enfant passe chez l’un ou l’autre parent. «Ce n’est pas ce qui compte le plus, dit-elle. Ce qui compte, c’est de quelle manière on vit ce partage. La stabilité est essentielle pour nous, et je me permets de parler au nom de Serge, parce que nous avons en commun les mêmes valeurs, ce qui est une grande richesse. Cela demande de la maturité, de l’ouverture, de la générosité de part et d’autre… même si ce n’est pas toujours facile. Mais c’est notre travail de le faire. Thomas ne mérite pas moins. Lui n’a pas demandé à venir au monde. C’est nous qui le désirions, c’est notre responsabilité de faire tout ce nous pouvons pour que cet enfant-là soit heureux.»

Enfants Québec, mai-juin 2009

Commentaires

commentaires

2 commentaires

Francine LegaUlt

Félicitations à la belle Marina Orsini. Sa nouvelle émission à Radio-Canada est vraiment merveilleuse. Elle est à l’aise et d’un naturel exceptionnel. On se croirait dans notre salon a vouloir poser les mêmes questions qu’elle le fait.

Ses chroniques sont intéressantes. Bravo bravo.

Ergé Goult

Bravo à Marina, femme d’exception s’il en est. Le cœur sur la main, le sourire aux lèvres, cette femme ne laisse personne indifférent. De ses divers rôles en tant qu’actrice, comédienne, animatrice radio ou télé – dans lesquels elle excelle toujours -, à mon avis c’est dans ses contacts avec les gens que Marina apporte le plus à ses auditoires. Cette femme profondément humaine et terre-à-terre donne sans compter amour, respect, reconnaissance. Quelle magnifique personne! Encore bravo, Marina et ne change surtout pas, toi qui fais rayonner la joie.

À lire aussi

Rencontre avec l’auteur et illustrateur Rogé

Récemment installé à Montréal, l’auteur et illustrateur...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →